La vie en Guyane

Je vis en Guyane.

Je constate presque chaque jour une volonté de nuire de la part des résidents de ce département.

Je dis « résident » pour désigner toute la population quel que soit son origine (locale, de l’immigration et de métropole) et ses représentants qu’ils soient locaux ou nationaux.

Cette volonté de nuire, je la vois tous les jours se traduire par tous, à travers un mot d’ordre qui semble gangrener toute la population qu’elle soit civile ou dirigeante, c’est l’incivilité.
Cette incivilité est routière, juridique, commerciale, familiale et surtout républicaine.
Le triste conflit guyanais de mars 2017 avec toutes ses dérives a bien démontré ce que la Guyane est capable de faire et de laisser faire et ce, malgré les lois de la République.

De fait, je proposerais une urgence, c’est celle de l’éducation, cette éducation que ce pays a perdu de vue et ce à tous les niveaux : parentale, scolaire, individuelle pour ne citer que les plus visibles.
Les fondamentaux du respect et du droit dans la société ont du mal à exister en outre-mer, se poser la question pourquoi, est le vrai enjeu de ces assises.

Mais je crains que ces assises n’aient éventuellement qu’une suite structurelle répondant à des besoins d’équipements.

Et à ce sujet, un premier exemple me tient à cœur, c’est celui des établissements scolaires insuffisants au regard de la démographie. Certes le besoin est démontré mais au-delà du deuxième trimestre de chaque année scolaire, l’absentéisme dans les établissements livre la réalité d’une totale démotivation, l’agressivité et les dégradations identifient le mépris et le non-respect.

Et un deuxième exemple pour compléter, est le manque d’entretien, voire d’absence d’appropriation et de respect des équipements publics financés par l’argent public.

Les assises devraient aboutir à la mise en place d’outils pour revenir à une cohésion et un rappel des lois pour une garantie à l’accès d’une vie respectable et en toute sécurité pour chacun.

Mais comme nous le constatons, les populations de l’outre-mer, citoyens, dirigeants et élus ne réclament que des spécificités et des dérogations pour des manœuvres individuelles et clientélistes qui favorisent une vie désormais insécuritaire à tous les niveaux et intolérable pour les citoyens français.

Dominique Reyes (Guyane)

Agissez pour votre territoire, rendez-vous sur www.assisesdesoutremer.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *