L’école pour se connaitre, connaitre le monde et réussir

Donner plus de chances d’insertion, d’intégration et de réussite sociale et professionnelle à des jeunes des Outre-Mer c’est aussi leur donner l’accès à un certain nombre de codes, de méthodes, Les Outre-Mer sont éloignés des musées, des sites historiques français, de l’art, d’une certaine musique… Or aujourd’hui, cette réussite passe par ces outils et moyens. La connaissance est une matière première inépuisable et inestimable. De trop nombreux jeunes  sont encore défavorisés, décrochés, en dehors du monde…

L’École doit encore aller plus loin avec l’aide des communes, des communautés d’agglomération et des instances culturelles. Si l’on ne maîtrise pas son histoire, l’étendue de son aire culturelle, on ne peut se comprendre et grandir en sérénité et en harmonie. La France des 5 océans doit assumer son histoire et favoriser la paix sur l’ensemble de son territoire.

L’Éducation Nationale doit répondre aux grands défis du XXIe siècle : ouverture sur le monde, respect de la devise républicaine : Liberté, Egalite, Fraternité.

Michèle MAKAIA-ZENON (Archipel de Guadeloupe)

Agissez pour votre territoire, rendez-vous sur www.assisesdesoutremer.fr

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. CONSEL

    j’ai souvent pensé et me suis demandé pourquoi n’y a t’il pas une Ecole de Marine dans toutes ces Iles alors mêle que l’aire marine offre tant et t’activités !! quand on pense que la majorité de ces insulaires ne savent même pas nager, !.. de nombreuses activités liées au tourisme certes mais aussi au développement des activités liées à la mer, telle la pêche et la conservation..IL est plus que nécessaire aujourd’hui de lancer un grand projet qui engage la jeunesse et l’avenir de ces ultra marins dans et sur leur territoire !
    .
    lp.CONSEL
    http://www.luckbrown.wordpress.com

    Répondre
  2. Nodin

    Bonjour je m’exprime Il y a trop d’assister en Guadeloupe point à pitre les Abymes,Je vois des cités délabrées,qui donner pas une bonne image à notre île les maires des communes,les députés vous êtes tous concernés ensemble faite quelques chose proposée du travail aux jeunes il y’a a faire

    Répondre
  3. Denise

    Bonjour Michèle, et merci pour ton partage.
    Je réagis à ton message car le bonheur et la réussite des jeunes me tient particulièrement à cœur.
    Voici pourquoi je pense que tes attentes sont louables mais malheureusement vaines:

    – l’Education nationale n’est qu’une fabrique à moutons. Elle n’a aucun intérêt à véritablement instruire le peuple pour qu’il soit uni, fort et en paix et heureux.
    – elle a institutionnalisé l’école publique au détriment de l’instruction en famille, ceci pour mieux contrôler les enseignements et favoriser le règne de la crétinerie et de l’ignorance.
    – les derniers rapports internationaux Pirls et Pisa ont décrété pour la énième fois que le système éducatif français était le plus nul d’Europe et un des pires du monde, et crois-moi, c’est volontaire, le gouvernement a travaillé dur pour descendre à ce niveau. Si j’étais vous, je demanderais des comptes sur l’utilisation de mes impôts, puisqu’après le financement de l’armée, ils servent au financement de l’éducation nationale. Tout ça pour fabriquer une masse de chômeurs ou de travailleurs dépressifs en poste à tous les niveaux de la société? Hum……

    – les parents Français ont d’autres chats à fouetter que d’éduquer leurs enfants correctement. Au lieu de leur inculquer des valeurs utiles et épanouissantes pour l’individu, c’est « travaille dur à l’école si tu veux réussir dans la vie ». Rappelons que ces parents et leurs parents ( etc.) sont eux-mêmes les purs produits de l’école publique: des moutons ignorants de l’essentiel. Comment donc pourraient-ils enseigner autre chose à leurs enfants?

    Conclusion: l’éducation du peuple par le gouvernement est un échec sans retour.

    La solution pour la réussite véritable n’est certainement pas entre les mains de l’Instruction nationale, mais dans celle des parents, les seuls et uniques responsables du choix de l’éducation de leurs enfants: que chacun commence par se remettre en question et prenne ses responsabilités: n’attendez rien de l' »Education » nationale! Moi, c’est fait depuis 12 ans, pour le plus grand bonheur de ma famille!

    Amicalement,
    Denise, une sœur de la Guyane

    Répondre