Vos mots pour le dire

 

Tous les Français ont des choses à dire. Mais toutes les voix ne sont pas entendues, notamment dans les outre-mer.

Les Assises des Outre-mer, c’est la possibilité donnée à chaque ultramarin de s’exprimer librement. C’est une tribune offerte à tous celles et ceux qui souhaitent donner leur opinion sur les décisions publiques de demain.

Toutes les voix comptent. Ce blog y contribue. Ce blog, c’est la possibilité d’échanger, de partager, de critiquer aussi, de faire émerger des idées, des projets, des coups de cœur comme des coups de gueule.

Seule contrainte dans vos billets : parler des outre-mer, de leur avenir, de leur potentiel, de leurs difficultés aussi. La forme est libre : reportage, photographies, dialogue, poésie, billet d’opinion, scène de théâtre, etc.

Tous les articles sont les bienvenus, du moment qu’ils restent respectueux et courtois – la liberté d’expression n’autorise pas tout.

N’hésitez pas à vous lancer, à proposer, à rédiger. Parce qu’en écrivant ici, votre voix résonne.

Commentaires (39)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dany974

    En matière d’environnement, la gestion des déchets devraient s’accompagner par une conscientisation du respect de la nature. Pas assez de mobilisation de nos politiques pour la préserver. Pas de slogan, ni de pubs pour responsabiliser les actes de rejets dans la nature. Fréquentes sont les zones polluées par des déchets, il suffit de voir les abords des routes, les zones urbaines avec les déchetteries sauvages. Les rivières et la mer refoulent des tonnes de déchets à chaque we, passage des personnes non concernées par les efforts de l’endroit: il y a des gens pour le faire à leur place. Pas assez de
    Poubelles publiques mais ramener ses déchets pour les trier chez soi… c’est difficile pour certains! L’errance animale cause aussi des désagréments sur les routes et les élevages car la politique de stérilisation ne concerne que ceux qui peuvent payer les vétérinaires… une vraie gabegie ! La maltraitance animale est une réalité et elle continue. La jeunesse en manque de repères car la formation est encore réservée à des gens renseignés, alors on s’adonne à des rodéos mortels pour tuer l’ennui quand ils ne se tuent pas eux mêmes à défaut de nous casser les oreilles avec des motos débridées. Puis les retraités avec la hausse de la csg jonglent avec une pension qui baisse et dont le pouvoir d’achat est en berne. Je fais partie des nantis avec une pension qui ne suffit pas à terminer le mois alors que dire de ceux qui ont une petite retraite. Cela me scandalise le mépris de ce gouvernement qui tire sur nous comme on tire sur l’ambulance. En plus , nous faisons l’effort de garder nos vieux avec nous et de veiller sur eux car ce n’est pas avec ce qu’ils’touchent qu’il peuvent prétendre aux Ephad tout pourris avec des personnels débordés. La solidarité existe encore dans mon île et ce sont les enfants qui s’occupent de leurs vieux car l’administration s’en lave les mains à défaut de nous affaiblir encore plus par la baisse des pensions. Je suis scandalisée et n’ai pas d’espoir

    Répondre
  2. MARC

    La Réunion est le DOM le plus peuplé de l’Outre Mer, avec des spécificités , notamment la diversité culturelle et l’enclavement de certains quartiers de l’île accessible uniquement à pied ou par les airs. La Réunion a un solde migratoire positif, donc agréable à vivre. Je déplore l’image négative de la Réunion en Métropole (crise requins, taux de chômage élevé, drogues….).

    La Réunion reste un exemple au niveau du savoir vivre ensemble, de sa culture, et de sa cuisine. Nous avons beaucoup d’atouts notamment la jeunesse de la population. En 2030, plus d’un million de personnes habiteront la Réunion, nous méritons une place plus importante dans les échanges et débats nationaux.

    La Loi de finances 2018 aura de graves répercussions, sur la vie des familles réunionnaises et de l’économie locale. Les allocations logement accession permettaient aux familles de devenir propriétaires d’une case et d’un terrain, et d’éradiquer le logement informel et insalubre, ces familles coûtaient moins cher qu’un locataire de logement social à l’Etat. Ces projets d’accession sociale étaient situés sur des quartiers prioritaires, cela va aggraver les différences (riches et pauvres).

    Répondre
  3. laurent

    Bonjour,
    Les prix de l’alimentation sont en moyenne + 80% plus cher qu’en métropole (indice IEOM 2016)
    Les prix de l’électricité sont les plus chers au monde alors que le soleil brille et que l’énergie solaire est balbutiante.
    Trop de corruption en Polynésie (territoire ultramarin le plus corrompu selon différents indices officiels).
    Que prévoit de faire les autorités ?

    Répondre
  4. Dulau

    Il est très important d’agir sur la réduction des déchets en Guadeloupe et aussi dans toutes les îles caraïbes, et ce dans tous les quartiers des villes..
    L’environnement de la Guadeloupe doit être respecté. Tous les citoyens sont concernés.
    La Guadeloupe respirera mieux si on produit beaucoup moins de déchets. Chacun peut y participer.
    Pour cela il faut donner les moyens de le faires.
    Chaque quartier doit avoir ses containers de plastique, de verre, de papier/carton. C’est la première chose à mettre en place rapidement car actuellement nombreux sont les quartiers qui n’en n’ont pas et ceci n’est pas raisonnable.
    Ensuite chacun peut faire un compost avec ses déchets d’épluchages, il serait bon de rassembler le tout dans un container également.
    Enfin les déchets verts qui jalonnent les trottoirs dans l’attente d’un ramassage bienvenue également dans un container de quartier.
    Sans oublier les épaves de voitures et autres qui dorment au bord des routes….
    Donner l’envie au citoyen de réduire ses déchets par la mise en place de moyens adaptés, et la Guadeloupe se portera mieux, et notre planète vous en remerciera.

    Répondre
  5. Garnier

    Comme il est impossible de télécharger un article par le site je le publie ci-dessous:

    A Saint-Pierre-et-Miquelon, la santé au travail pour tous.

    Comme vous pouvez le lire ci-dessous, Saint-Pierre-et-Miquelon est le plus petit territoire d’Outre-mer :
    • La Réunion : 850 727 h
    • Guadeloupe : 400 186
    • Martinique : 383 806
    • Polynésie française : 275 918
    • Nouvelle-Calédonie : 268 767
    • Mayotte : 256 518
    • Guyane : 252 338
    • Wallis-et-Futuna : 12 197
    • Saint-Pierre-et-Miquelon : 6 034

    Plus petit, cela veut dire qu’il est plus difficile qu’ailleurs de donner à chaque citoyen les mêmes services et même réponses qu’en métropole. Toutes les comparaisons sociales, culturelles ou économiques sont forcément inappropriées. Pour tenter d’approcher l’égalité Républicaine entre tous les citoyens Français, l’Etat se doit d’organiser et de financer un socle commun minimum susceptible d’apporter à chaque habitant de l’archipel une réponse comparable à celle qui est offerte aux habitants de la métropole. C’est en partie le cas mais, pour y arriver, il y a des secteurs pour lesquels il conviendrait de bousculer un peu les lignes.
    Je veux prendre l’exemple de la santé au travail. Tous les employeurs, y compris ceux de la Fonction Publique, ont l’obligation d’organiser, ou d’adhérer, à un service de santé au travail. Ce service obligatoire doit être entièrement financé par les employeurs. Or, à Saint-Pierre-et-Miquelon il est impossible, par cette seule source de financement, de créer un service de santé au travail susceptible de répondre à toutes les obligations légales. En effet, pour qu’elles soient appliquées comme en métropole, il faudrait que la cotisation payée actuellement par les employeurs de l’archipel passe de 79 euros (cotisation a peu près identique à celle de métropole) à près de 250 euros !
    Il convient donc de trouver d’autres financements pour que le droit puisse s’appliquer. C’est un des aspects du projet que je dépose dans le cadre des assises des outre-mer ; « De la santé publique à la santé de la population »

    Répondre
  6. GALOU

    pour la Guadeloupe: créer une régie de l’eau comme il en existe en métropole. L’eau c’est vitale pour la vie. Messieurs les politiciens arrêtez de vous payer la tête de citoyens guadeloupéens. La facture d’eau doit correspondre à ce que le citoyen a consommé et non envoyer des factures qui ne correspondent pas aux consommations réelles.

    2ème sujet qui va de pair avec le problème de l’eau : le tourisme. On table sur 1 milliard de revenus à l’horizon 2020 mais la région GUADELOUPE doit faire de gros efforts en matière de transport, car l’on ne peut pas dire que cela soit la panacée. On avait entendu parler d’un tramway et je crois bien qu’aujourd’hui ce projet est tombé à l’eau. Doter la Région de bus comme ils en circulent à Paris, serait déjà quelque chose de vraiment formidable.

    Répondre
  7. PAIRIN FULBERT

    j’aimerai parler de la gouvernance en Guadeloupe, nous avons deux collectivités majeur, pour petit département un est suffisante, exemple 2 élus pour le sport un au département l’autre à la région. suppression des communes de moins de 5000 habitants confier la responsabilité au EPCI, que les communes dans leurs fonctionnements ne dépassent 40% de la DGF elle pourront faire d’économie, les communes qui cumule des déficits et ne respecte pas l’avis de la chambre régionale des compte pendant 2 ans de révoquer le conseil, trop souvent le contribuable même retraité paie des somme trop relever d’année en année. Enfin une grande autonomie de gestion

    Répondre
  8. Laya

    J’aimerais parler économie et développement. Le développement de Mayotte.
    Une île coincée dans l’océan indien, qui ne peut se développer dans le canal du Mozambique, qui ne peut se tourner vers l’extérieur. Un aéroport qui vie au rythme d’une seul compagnie aérienne. Un situation de monopole qui subsiste.
    Aujourd’hui au lieu de répondre à notre demande de permettre à notre île de se développer on nous propose de bricoler des airs bage (les fameux lits d’arret). Pourquoi ne peut on pas avoir une vrai piste. Pourquoi nous empêcher de nous ouvrir vers l’extérieur.

    Répondre
  9. BERNIS Jean Pierre

    Pour la retraite des fonctionnaires Guadeloupéen, il est indispensable que soit maintenu la prime dite de vie Cher, et favoriser le maintien à domicile des personnes âgées !!!

    Répondre
  10. LEGRAND

    tant que les politiciens assureront leur enrichissement personnel par du clientélisme, de la corruption , des trafics d ‘influence, pratiqueront le népotisme, ou se serviront de l’institution pour obtenir des prébendes ou des aides juridictionnelles indues il sera impossible de progresser et la cour des comptes a beau émettre des alertes les despotes politiques continuent comme si de rien n’ était. Une commune de 100000 habitants justifie-t-elle une cohorte de 3800 s » salariés » à laquelle il faut ajouter des délégations faites à des sociétés d’ insertion pour effectuer des travaux municipaux; La multiplication des SPL est bien commode pour arrondir des fins de mois que « le couperet » de l’argent public ne concerne pas même si ces sociétés de droit privé fonctionne avec de l’ argent public…..bien commode les petits arrangements entre copains coquins!

    Répondre
  11. Chen

    Des heures d’activité à fournir en contrepartie du RSA (Revenu Solidarité Active)

    Le RSA est versé à ceux d’entre nous qui sont les plus démunis et je suis pour que la solidarité nationale s’exerce. En revanche, ce dispositif, quelque soit son nom à travers le temps (hier RMI – Revenu Minimum d’Insertion ou RMA Revenu Minimum Activité …), ignore complètement la dernière lettre du sigle: Active, Insertion, Activité.

    Aujourd’hui, les communes emploient des agents, souvent des contrats aidés, pour entretenir les espaces verts ou pour d’autres travaux. Nos impôts servent donc à payer 2 fois la solidarité. Je propose qu’on demande à chaque bénéficiaire de RSA de fournir un certain nombre d’heures de travail en contrepartie, et ces heures allouées aux collectivités locales, associations, etc, d’autant que le nombre de contrats aidés a sensiblement diminué.

    Cette proposition permettra aux collectivités de réduire les dépenses dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint. Elle redonne aussi de la dignité aux bénéficiaires.

    Répondre
    1. LEGRAND

      fausse bonne idée car les « titulaires » souvent devenus sur le tas n’ ont que peu voire pas de compétence pour assurer un suivi de formation….4 qui regardent (communaux) et un qui travaille (contrat assisté) la chanson est connue mais le mal provient non de ces personnes mais des véreux politicards de (presque) tout bord qui exploitent leurs misères contre quelque menu monnaie d’ échange bien sûr lors de futures campagnes électorales la peste politicarde est partout et se nourrit de ces neo esclavagismes dont les mouches ont du changer d’ âne ce n’ est plus forcément le  » gros blanc » (gros signifiant riche) mais gros de toutes origines l’ exploitation des congénères

      Répondre
  12. Perrier

    bonjour, je viens de m’inscrire et j’espère pouvoir m’exprimer. J’ai des difficultés sur des sujets bien précis et je n’obtient jamais de réponses de nos institutions présentes sur l’Île de la Nouvelle Calédonie. Il est sur que certains sujets ne sont pas prioritaires, mais je pense qu’à partir du moment ou des lois existent, elles doivent être appliquées!
    j’espère que j’obtiendrai enfin les réponses que j’attends
    cordialement
    Nadine/Julia Perrier

    Répondre
  13. NORDHOFF Sarah

    Contrairement à la Nouvelle Calédonie, nous n’avons aucune richesse minière. La seule richesse que nous avons, est le mythe Polynésien qui malheureusement s’étiole. Je reste confiante en ce mythe et me dit que nous pouvons sauver nos Iles et continuer à faire rêver les étrangers et voyageurs. Nos lagons sont en perdition, faute au réchauffement climatique, à une pêche intensive et sans réglementation et un manque flagrant du respect de l’environnement. Le service de la pêche, le territoire ou toute instance de la Polynésie ne se penchent pas sérieusement sur le problème,. Culturellement le polynésien vit de sa pêche et des fruits de son potager. Aujourd’hui sur les îles les plus habitées, le poisson se fait rare. A notre niveau de concitoyen nous essayons de le clamer mais la surdité de nos instances et l’incivisme d’une grande majorité de notre population nous supplantent. Il est indispensable d’instaurer des quotas de pêches, des saisons de pêches, d’avoir une réglementation qui peut se rapprocher de celle de FRANCE ( ne jamais oublier qu’il en va de la survie des familles). Instaurer des zones d’interdiction de pêche pour réimplanter les espèces et régénérer le lagon. J’aurai tant de suggestions et d’idées à émettre, des projets de création d’emplois et de promotion culturelle de notre artisanat. Pourquoi ne pas avoir une appellation d’origine contrôlée de certain de nos produits locaux ??? Il faut du temps mais malheureusement les méfaits sont là et nous les subissons. Nous avons besoins de décideurs et de personnes qui ne pensent pas seulement à une carrière politique. Le bien être de mon prochain m’incombe car il conditionne le mien sur mon FENUA.

    Répondre
  14. Souliman

    Habitante du quartier prioritaire de basse terre à Saint Pierre de l’île de la Réunion, les bailleurs sociaux mettent en place des actions favorisant la cohésion social, la rupture de l’isolement, l’insertion, l’animation des quartiers, l’amélioration du cadre de vie des locataires. Une belle initiative grâce à l’exonération fiscale sur nos propriété battie de plus 15 ans. Ils travaillent principalement avec les associations cependant beaucoup dise être apte à menée Tel ou tel action mais sont inapte à le faire, il sont irrespectueux envers la population hors qu’ils sont payer par les bailleurs pour aider les habitants. Aussi la ville de Saint Pierre (réunion )le contrat de ville, empêche de faire appel à des associations compétent car ils sont hors commune. Le contrat de ville pense qu’à prendre l’argent des bailleurs pour leur actions de fête hors qu’ils ont leur propre budget. Les bailleurs sont plus axé sur l’insertion depuis 2016 malheureusement aucun chantier insertion n’a pu ce faire car le contrat de ville souhaite qu’animer les quartiers et que les bailleurs co-financement leurs actions. Le contrat de ville fixe des actions sans prendre en considération la demande des habitants de ces quartiers.

    Répondre
  15. Dos Santos

    Travaillons à développer les transports collectifs ( le tram tram) pour ne plus être dépendant de la voiture, utilisons les vélos en centre ville ( voie dédiées) pietonisation des rues les plus passants avec accès aux TCS gratuit et parkings compris en périphérie .

    Répondre
  16. Pitche Marc

    Comment vouloir faire un assise de l’outre mer ! Alors même que le gouvernement ferme les yeux sur les sans papiers . Les clandestins « connus  » travail dissimulé!! Les RTT qui n’ont pas lieux d’être!! Les excès de voitures neuves (ville de st Denis de la réunion ) des astreintes pour arrondir les fins de MOIS (alors même qu’ en temps normal ) les ouvriers n’ont plus rien à faire!! Ou alors pourquoi ne pas embaucher pr ces astreintes!! Etc

    Répondre
  17. Rilos

    Il est vraiment urgent de desenclaver la Guyane tant sur le plan intérieur que sur l’ extérieur
    Un voyage vers les Antilles coûte aussi cher que pour aller à Paris
    Un voyage pour Maripasoula est à un prix toujours élevé .Comment commercer comment faciliter les échanges avec la région Caraïbe et Américaine. Pour le moment je suis comme soeur Anne je ne vois même pas « la route qui poudroie ».

    Répondre
  18. Vaillant

    Je trouve inadmissible que les originaires d’outre mer puissent se lever à 4h ou 5h du matin pour passer un concours de la fonction public. Il y a inégalité de traitement tant à l »Écrit qu »à l’oral. En effet pendant qu’un métropolitain se présente tranquillement à son concours entre 8 et 9h celui de l »Outre-mer doit être debout a 4h ou 5h pour passer le même concours. Pourquoi ne pas decaler les horaires pour que nous soyons sur le meme pied d’égalité ou donnef un autre sujet aux outre mef !
    Il en est de même pour les visioconférences entre administrations métropolitaines et celless des outre-mer. Une visio a 4h du matin pour les Antilles. De qui se moque t-on ? et personne n’en parle mais tout le monde se plaint de ces horaires. S’il goût plaît un peu d’égalité pour l’outre-mer.

    Répondre
    1. Lucien Paul CONSEL

      Vous semblez ignorer le décalage résultant des fuseaux horaires, ce décalage de 5h en hiver(septembre à mars ) et 6h en été (de mars à octobre) entraine que justement pour que les chances de chacun(e) soient respectées, le même sujet doit être soumis aux candidats et donc dans les mêmes conditions de composition et de travail.
      Il serait inéquitable, comme vous le proposez, que les candidats ultra marins disposent d’un sujet différent pour le même concours , lequel pourrait être contesté pour être plus facile par les uns ou jugé plus compliqué par d’autres , ce qui remettrait en cause ce principe d’ égalité de traitement, tel qu’il est appliqué actuellement .

      Répondre
  19. Tefana

    Le 29 September 2017, j’ai organiser un concours de chant dans ma commune sur PAEA a Tahiti, dans June salle louer par la mairie. Donc, j’ai soliciter une aide a Monsieur le maire qui ma etait refuser . Lors des campagne electorale il est fort en bouche de dire a la population qu’il y a. Asset d’argent pour tout les projects. Et non pour les associations et pour les associations de la mairie il y en a bien assez, memes pour des millions, j’etais temoins ! Quell horreur pour in maire qui penises qu’a lui.

    Répondre
  20. MEDEVIELLE

    Habitant de Polynésie Tahiti.
    Nous voyons dans les rayons des grandes surfaces de Tahiti apparaître des produits comme de l’huile de coco vierge, du sucre de coco, de l’eau de coco en boîte, du lait de coco en boîte. Tous ces produits, vantés pour leurs qualités nutritionnelles , arrivent d’Asie du Sud-Est alors que nous avons des centaines d’hectares et des îles couvertes de cocotiers. L’économie Polynésienne manque de produits à exporter. Ne peut-on pas investir dans ces productions qui ont beaucoup de succès actuellement?

    Répondre
  21. Labeau yvon

    Bonjour
    Merci de baisser les prix en Guyane des loyers carburants vêtements etc pour relancer l’économie de la guyane et l’abattement des prix permettra aux gens d’emprunter pour créer des emplois
    Eloi

    Répondre
  22. Labeau annie

    Bonjour
    Serait il possible que la compagnie aérienne ĺevel récemment installée aux antilles soit également installée en Guyane pour aller à paris pour une centaine d’euros ?
    Merci
    Une mère de famille qui a des enfants en études en métropole

    Répondre
  23. MAILLOT Catherine

    Je pense qu’il serait profitable aux réunionnais percevant le minimum social et n’ayant pas d’emploie,que les mairies mettent à leur disposition des jardins ouvriers(sous couvert d’associations) .Cela leur permettrai de cultiver un minimum d’épices ou de légumes qu’il pourraient consommer et cela ferai autant de choses en moins à acheter;et cela permettrai aussi de remonter leur niveau d’estime de soi : voir que malgré les difficultés de vie on peut arriver à faire quelque chose de positif et de concret.

    Répondre
  24. LAGIER

    Je narrive pas à comprendre comment en si peu de temps notre pays la martinique est descendu aussi bas aussi bien économiquement depuis l’euro qu’au niveau des moeurs. Ce n’est pas possible que nous puissions continuer à parler sans véritablement agir. Créer du lien avec les personnes en situation d’exclusion .

    Répondre
  25. FRANCHI

    Bonjour à toutes et à tous. Nouvellement arrivée en Martinique, je souhaiterais échanger sur l’usage du numérique notamment dans le domaine de la formation et de la jeunesse.

    Répondre
  26. CHATENAY-RIVAUDAY Patricia

    Arrêter les discriminations permanentes auxquelles sont confrontés les Guadeloupéens et Guadeloupéennes dont les candidatures sont systématiquement écartées quand il s’agit de recruter à des postes d’encadrement supérieur en Guadeloupe.

    Dans le cadre des mesures gouvernementales sur l’Égalité Professionnelle Homme / Femme, l’Égalité entre les territoires, le Ministère des Affaires Sociales devrait créer en Guadeloupe une Annexe / Délégation Antilles Guyane de l’EHESP (l’École des Hautes Études en Santé Publique de Rennes) afin que soient dispensées des formations relatives aux Cadres et Dirigeants des secteurs Hospitalier / Médico-social (D3S et CAFDES) ici en Guadeloupe quitte à ce qu’il y ait au sein du Cursus 1 ou 2 déplacements (stages directoriaux) à effectuer à Rennes mais pas les 36 mois requis (prépa comprises).

    Répondre
  27. Fontaine

    C est le tout voiture que je dénoncerais,alors qu un tram train entre les ville de la côte et un très bon réseau de bus dans les villes et vers les écarts,respectueux des horaires et fréquents. fluidifierait le trafic .actuellement.les bouchons se multiplient,,et on prévoit le million d habitants.les gens n en peuvent plus!

    Répondre
    1. BREGEON

      Je traverse la Réunion du Nord au Sud principalement par l’Ouest depuis 7 ans pour mes activités professionnelles.
      Depuis 2 ans j’effectue tous mes trajets en transports en commun en alliant les Cars Jaunes aux réseaux de bus des communes où je me rends. J’ai vendu la voiture. Les temps d’embouteillages sont moins importants pour les transports en commun que pour les voitures grâce à la mise en place de portions de routes dédiées aux cars et bus. Le trajet en car surtout est beaucoup moins stressant et fatigant sans parler du gain financier. Alors oui, le tram train aurait été un beau et utile projet pour tous les réunionnais. Il faut rapidement diminuer le nombre de voitures sur l’ île sinon un jour, le matin en partant de St Pierre, ce ne seront que des embouteillages jusqu’à St Denis. On en est déjà à mi-parcours!!!

      Répondre
  28. Victor DUMONT

    Travaillant, aux Urgences dans un CHU. Je pense qu’il faut insister pour l’installation des Médecins Trieurs surtout de nuit…. Cela évitera les engorgements de ces services et un travail plus efficient… merci pour d’y penser pour les prochains projets de santé dans les hôpitaux…

    Répondre
  29. Nadine

    Les français qui viennent travailler dans les DOM-TOM ne doivent pas percevoir la prime vie chère sur leur fiche de paie immédiatement. Un certains nombres d’annee Sur le territoire avant de percevoir cet indexation car il y a trop de personnes qui viennent que pour cela alors que nous insulaires nous avons besoin de travailler dans notre île , d’ailleurs nos enfants quittent le pays pour travailler : injustice , il faut que ça change

    Répondre
  30. gauvvin

    le gros point noir pour nous ultramarin dans le departement cest les deplacements nous ne pouvons plus continuer avec la voiture il nous faut un autre mode de deplacement cest une catastrophe ecologique et humaine trois heures pour faire160km et ca va en sempirant si nous voulons preserver nos cadre de vie nos vie de famille et un notre ile il faut limiter le tout automobile

    Répondre
  31. capgras bérard

    par expérience, je ne crois pas en tout ça. chaque président fait son truc mais sont guidés par des gens qu’ils payent pour leur faire croire que tout va bien ! des états généraux, il y en a eu et, il y en aura encore mais d’aucun ignore que les habitudes sont tenaces, l’hypocrisie est la règle d’or, la manipulation, son véhicule … retenez simplement que vous ne m’avez pas eu . je sais me démerder sans vous, tout le monde valide est en mesure d’en faire autant ! salut .

    Répondre
    1. Eric D

      Idem, mais IMPOSSIBLE de déposer une contribution. La page CONTRIBUER ne télécharge pas les champs que j’ai renseigné ! Est-ce un bug spécifique à la Polynésie ?
      mauruuru

      Répondre